ÉDITO

Semaine après semaine, mois après mois, nous pimentons notre programmation régulière avec des rendez-vous exceptionnels, à la croisée du cinéma, de la musique, des arts plastiques et de la gastronomie.

Vous retrouverez ci-contre le compte-rendu des événements qui se sont produits au Balzac en 2018.

Pour retrouver les comptes-rendus 2018, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2017, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2016, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2015, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2014, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2013, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2012, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2011, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2010, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2009, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2008, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2007, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2006, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2005, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2004, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2003, cliquer ici

Pour retrouver les comptes-rendus 2002, cliquer ici

 

CA S'EST PASSÉ EN 2018

Ciné-club Yiddish pour tous : La Douleur
Dimanche 14 janvier 2018 à 10h30
>>> en savoir +


 
Le prochain ciné-club Yiddish pour tous vous permettra de voir en avant-première le nouveau film d'Emmanuel Finkiel, La Douleur, d'après le livre de Marguerite Duras.

10h30 : accueil café
11h : début de la projection
Débat avec le réalisateur à l'issue de la projection

Juin 1944, la France est toujours sous l’Occupation allemande. L’écrivain Robert Antelme, figure majeure de la Résistance, est arrêté et déporté. Sa jeune épouse Marguerite, écrivain et résistante, est tiraillée par l'angoisse de ne pas avoir de ses nouvelles et sa liaison secrète avec son camarade Dyonis. Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, et, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.
 
La Dame de pique, de Tchaïkovsky
Lundi 15 janvier à 19h30
>>> en savoir +




 
La Dame de pique, de Tchaikovsky
Direction musicale Valery Gergiev
Solistes, chœur et orchestre du Théâtre Mariinsky
Mise en scène Alexei Stepanyuk
Théâtre Mariinsky, Saint-Petersbourg, 2015 (ouverture du XXIIIe festival Étoiles des Nuits blanches)
 
Grande fête pour le Nouvel an russe
Mardi 16 janvier à 19h30
>>> en savoir +








 
L’IRONIE DU SORT, un film d’Eldar Ryazanov (URSS, 1975, 185’)
Chaque année, quatre amis fêtent ensemble le nouvel an au sauna. Ivre, l’un d’entre eux croit rentrer chez lui : même adresse, même immeuble, même appartement, mais mauvaise ville…
La comédie musicale diffusée chaque année à la télévision en Russie pour la nuit du réveillon !

Accueil vodka et pirojki
Projection du film en deux parties
A l'entracte, dégustation en salle de spécialités russes et concert avec Boris Vernov (piano, accordéon), Sacha Bourdo (guitare et chant) et Anna Vernova (chant).

Tarif normal 35 euros ( tarif Club 27 euros)

 
Jazz&Images2018 : Nina Simone : Paul Lay Trio
Vendredi 19 janvier à 21h
>>> en savoir +


 
En 1969, le Festival de Jazz d’Antibes bat son plein, et Jean-Christophe Averty en capte trois moments forts. Le guitariste Philippe Nedjar ouvre le bal auquel succède le swing endiablé du trio d’Oscar Peterson. Enfin, la magnifique Nina Simone chante, depuis son piano, des titres aussi bouleversants que Four Women ou Ain’t got no... Le trio du pianiste Paul Lay répondra à ces illustres ainés, avec Simon Tailleu à la contrebasse et Isabel Sorling au chant, dans un répertoire intime et poétique.


Le Film : 10e Festival de Jazz à antibes 1969
Un film de Jean-Christophe Averty (1969, 45’)
Archive INA

Sur Scène : Paul Lay trio
Paul Lay, piano
Isabel Sorling, chant
Simon Tailleu, contrebasse

 
Rendez-vous avec le Japon
Samedi 20 janvier à 10h30
>>> en savoir +


 
Après une pause parisienne de deux ans, Rendez-vous avec le Japon revient et s'installe au cinéma Le Balzac (1 rue Balzac 75008 Paris).
Pour notre reprise, nous vous proposons une avant-première avec le film Oh Lucy ! de Hirayanagi Atsuko avec Terajima Shinobu, Joh Hartnett et Yakusho Kôji le samedi 20 janvier à 10h30.
A l'issue de la projection, une discussion autour du conformisme dans les entreprises japonaises aura lieu en présence de Bassam Tayara, historien et chargé de cours à l'INALCO.
Tarif unique : 8,50€

 
National Theatre : La Nuit des rois
Mardi 23 janvier à 19h
>>> en savoir +


 
Twelfth Night (La Nuit des rois), de William Shakespeare
Mise en scène Simon Godwin
Avec Tamsin Greig, Daniel Rigby, Tamara Lawrence, Doon Mackichan, Daniel Ezra
Filmé en avril 2017



en savoir plus
 
 
Samson et Dalila, de Saint-Saens
Mardi 30 janvier à 20h
>>> en savoir +


 
Samson et Dalila, de Saint-Saens
Direction musicale Valery Gergiev
Chœur et orchestre du Mariinsky
Mise en scène Yannis Kokkos
Avec Ekaterina Semenchuk, Gregory Kunde Théâtre Mariinsky, Saint-Petersbourg, 2016

 
Broadway Projet (invité spécial Buster Keaton)
Mardi 6 février à 20h30
>>> en savoir +
 
Une soirée électrisante pour tout public, avec le SaxBack Ensemble ! Un programme éclectique et jazzy, avec ou sans images :

Extraits de L’Opéra de quat’sous, de Kurt Weill
(Ouverture, Ballade Mac the Knife, Tango Ballad, Chanson des Canons)

Ciné concert
La Maison électrique, de Buster Keaton (1922)
Arrangement Paul Dujoncquoy

Extraits de West Side Story, de Leonard Bernstein
(Medley, arrangement Gabriel Philippot)

Ciné concert
La Voisine de Malec, de Buster Keaton (1920)
Arrangement Gabriel Philippot

Suite n°1, de Dimitri Chostakovitch
Arrangement Renaud Escriva

Avec le SaxBack Ensemble
Hélène Escriva, euphonium
Nicolas Arsenijevic, saxophone
Antonin Pommel, saxophone
Paul Lamarque, saxophone
Juliette Adam, clarinette
Joséphine Besançon, clarinette

 
Exposition sur grand écran : Moi, Claude Monet
Samedi 27 janvier, 3 et 10 février à 11h
>>> en savoir +


 
Phil Grabsky, réalisateur récompensé à plusieurs reprises, pose un regard neuf sur celui qui est sans conteste l’artiste le plus aimé au monde en utilisant les mots du peintre lui-même. Grâce à la lecture de plus de 2 500 lettres, "Moi, Claude Monet" révèle de nouvelles facettes de l’homme qui a donné naissance au mouvement impressionniste et qui fut certainement l’un des peintres les plus influents et renommés du XIXe et du début du XXe siècle.
"Moi, Claude Monet" est l’histoire fascinante d’un homme qui, derrière ses toiles éclatantes de lumière, souffrait de dépression, de solitude et songeait même au suicide. Néanmoins, à mesure qu’il développa son art et que son amour du jardinage donna lieu petit à petit au jardin majestueux de Giverny, son humour, sa perspicacité et son amour de la vie se révélèrent.
Tourné à travers l’Europe, sur les lieux où il a peint, "Moi, Claude Monet" est une exploration filmique inédite et intime de certains des décors cultes les plus appréciés de l’art occidental.
Tarif normal 10 euros - Tarif club 7 euros.


en savoir plus
 
 
Jazz&Images2018 : Remembering Chet Baker
Vendredi 9 février à 21h
>>> en savoir +


 
Temps fort de la programmation Jazz & Images 2018, cette soirée célèbrera les 30 ans de la disparition de Chet Baker. Le contrebassiste et compositeur Riccardo del Fra, compagnon de route de Chet, viendra avec un quintet dont le lyrisme, à la ligne claire et intense, est un hommage à la musique du génial trompettiste.

Le Film : chet Baker, Live at Ronnie Scott’s
Le concert de 1986, avec Chet Baker (trompette et chant), Riccardo del Fra (contrebasse), Michel Graillier (piano), participation exceptionnelle de Van Morrisson et Elvis Costello sur certaines chansons.

Sur Scène : Riccardo del Fra Quintet
Riccardo del Fra, contrebasse
Sylvain Gontard, trompette bugle
Vincent Lê Quang, saxophones
Bruno Ruder, piano Ariel Tessier, batterie

 
Lohengrin, de Wagner
Mardi 13 février à 19h30
>>> en savoir +








 
Lohengrin, de Wagner
Direction musicale Christian Thielemann
Orchestre de la Staatskapelle de Dresde
Avec Anna Netrebko, Piotr Beczała, Evelyn Herlizius, Georg Zeppenfeld
Semperoper, Dresde, 2016

Bande annonce https://www.youtube.com/watch?v=HR2VEzNiNKQ

 
National Theatre : Hedda Gabler
Jeudi 15 février à 20h
>>> en savoir +


 
Hedda Gabler, d’Henrik Ibsen
Mise en scène Ivo van Hove
Avec Ruth Wilson, Kyle Soller
Filmé en mars 2017

 
Ouverture du festival Quand les Russes rêvent
Lundi 5 mars à 20h
>>> en savoir +


 
Réalisateur et producteur russe d’origine arménienne, homme discret et efficace, directeur des Studios Mosfilm, Karen Chakhazazov est aujourd’hui au coeur du cinéma russe. L’ouverture du festival se déroulera en sa présence avec son film mêlant fantastique et humour : LA VILLE ZÉRO.
Accueil pétillant avec la maison Bouvet-Ladubay.
Première partie musicale.
Tarif unique 12 euros.

LA VILLE ZÉRO - ГОРОД ЗЕРО
Studio Mosfilm . 1988 . Couleurs . 1h43
Réalisateur : Karen Chakhnazarov
Un ingénieur quitte Moscou pour une mission dans une petite ville de province. Il est aussitôt plongé dans une réalité parallèle, un endroit chimérique, une sorte de parc d’attractions angoissant où le passé se présente de manière grotesque. Un des films-phare de la Pérestroïka quand la société se pose des questions et veut comprendre le siècle écoulé.

Aux inspirations boulgakoviennes et au ton totalement absurde, ce film dépeint avec humour et noirceur le chaos spirituel du pays des Soviets et l’effondrement de tout un système de pensée.


 
Ciné-concert Aelita
Mardi 6 mars à 20h30
>>> en savoir +


 
Le président et le directeur de la Cinémathèque de Toulouse, Robert Geduillant et Franck Loiret, nous présenteront les musiciens du groupe Stéréotop orchestra qui accompagneront le film AELITA de Yakov Protazanov.
Tarif normal 12 euros - moins de 26 ans 10 euros.

AELITA . АЭЛИТА
Studio Mejrabpom-Russ . 1924 . N&B . 1h44
Réalisateur : Yakov Protazanov
Un étonnant film de science-fiction où un soldat de l’Armée Rouge démobilisé est partant pour faire la Révolution sur Mars. Décors futuristes, costumes stylisés d’A. Exter et de futures stars qui débutent à l’écran : la brune piquante Youlia Solntseva (future Mme Dovjenko), le charmeur Nikolaï Batalov et l’irrésistible Igor Ilinski. Un trio gagnant.
 
Les César du Balzac 2018
Du 28 février au 6 mars
>>> en savoir +
 
La sélection coup de coeur du Balzac parmi les films nominés pour les César 2018

-Mercredi 28 : Jalouse (13h45) – Sahara (16h) – I am not your negro (18h) – Le Redoutable, suivi d'une rencontre avec le réalisateur Michel Hazanavicius (20h)

-Jeudi 1er : I am not your negro (13h30) – 12 jours (15h30) – Le Sens de la fête (17h30) – Jalouse, présentation des réalisateurs David et Stéphane Foenkinos (20h)

-Vendredi 2 : 12 jours (13h40) – Le Sens de la fête (15h30) – Au-revoir là-haut (18h) – Grave (20h30)

-Samedi 3 : Zombillénium (11h) – Petit paysan (13h30) – Au-revoir là-haut (15h30) – Visages Villages (17h50) – 120 battements par minute, présentation du comédien Antoine Reinartz (20h20)

-Dimanche 4 : Le grand méchant renard et autres contes (11h) – Visages Villages (13h15) – Petit paysan, rencontre avec le réalisateur Hubert Charuel (15h15) – Barbara, rencontre avec le réalisateur Mathieu Amalric (18h) – Grave, présentation du monteur son Stéphane Thiébaut (21h)

-Lundi 5 : Le Redoutable (13h20) – Visages Villages (15h30) – 120 battements par minute (17h30) – Au-revoir là-haut (20h15)

-Mardi 6 : Barbara (13h45) – Carré 35, rencontre avec le réalisateur Eric Caravaca (15h50) – Au-revoir là-haut (18h10) – 120 battements par minute (20h30)


Films 20' après.



 
Paris-Manchester 1918
Lundi 12 mars à 20h30
>>> en savoir +


 
Cette soirée au Balzac clôture le projet Paris-Manchester 1918 unissant les forces du Conservatoire de Paris et celles du Royal College de Manchester autour d’un programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale. De nombreuses manifestations (concerts, expositions) seront proposées entre le 1er et le 12 mars à Londres, Paris et Manchester.

Tableaux vivants 1914-1918 (7’)
Le film (probablement britannique) mêle images documentaires de la guerre et allégories (avec iconographie patriotique mise en scène). [Conservé à la Cinémathèque de Belgique]

Rose-France, de Marcel L’Herbier (1918, 70’)
Sur la côte d’Azur, un Américain se croit délaissé par sa fiancée amoureuse de la France… Commencé pendant la guerre et fini juste après l’armistice, le film développe un thème patriotique. Premier long métrage de Marcel L’Herbier, Rose-France dessine les prémices du modernisme cinématographique. (Archives Françaises du Film – Remerciements Marie-Ange L’Herbier)

Concert sous la direction artistique de Stanislav Makovskiy, élève au Conservatoire de Paris. Avec les élèves du Conservatoire de Paris.

Tarif normal 12 euros - moins de 26 ans 10 euros
 
Arshin Mal Alan, une soirée en Azerbaïdjan
Mercredi 14 mars à 20h
>>> en savoir +


 
Grande soirée pour les 120 ans du cinéma d’Azerbaïdjan Projection exceptionnelle de Arshin Mal Alan (Le Colporteur de tissus) en version restaurée et colorisée, suivie d’une dégustation de spécialités azerbaïdjanaises.

Tarif : 15 € (tarif réduit -26 ans et Club 12 €)

 
Barbara Hendricks chante Gershwin
Jeudi 15 mars à 20h
>>> en savoir +


 
Barbara Hendricks chante Gershwin
Soirée présentée par Christian Labrande
Concert enregistré à l’Olympia le 29 septembre 2001. L’Orchestre Guildhall Strings est dirigé par Paul Bateman. Karl More Productions. Archives INA.

Barbara Hendricks fait partie de cette génération de chanteuses américaines qui n’hésitent pas à mélanger dans leur répertoire l’opéra classique, le lied , les negro spirituals et le jazz. Barbara Hendricks est aussi à l’aise dans Schubert que, ici, dans George Gershwin. Elle interprète à l’occasion de ce récital donné à l’Olympia dans un contexte particulier (c’était quelques jours après le 11 septembre 2001…) les plus grands tubes du compositeur de Porgy and Bess Summertime, Oh Lady be good,I love you Porgy….
Accompagnée par un trio de jazz complice, elle arrive à tenir en haleine la grande salle dédiée à la variété et, ce soir là, conquise par la diva. (Christian Labrande)

 
Jazz&Images2018 : Herbie Hancock / Thibault Gomez Quintet
Vendredi 16 mars à 21h
>>> en savoir +


 
En 1972, l’émission Jazz Harmonie fait entendre le formidable sextet d’Herbie Hancock, connu aussi sous le nom de Mwandishi Sextet, qui peu de temps après sort le disque Sextant. Les couleurs harmoniques, liées à l’orchestration des trois vents et à l’utilisation d’instruments électriques, l’inventivité de tous les instants, et la puissance rythmique font de la musique du groupe un moment incontournable de la carrière du pianiste. Le quintet de Thibault Gomez, virtuose et inventif, répondra à ces images et témoignera de la vivacité de la jeune génération du Jazz.

Le film : Jazz Harmonie avec le Herbie Hancock Sextet
Un film de Marc Pavaux (1972, 30’) Archive INA

Sur scène : Thibault Gomez Quintet
Thibault Gomez, piano
Benoit Joblot, batterie
Robinson Khoury, trombone
Pierre-Marie Lapprand, saxophones
Étienne Renard, contrebasse

Tarif normal 20 euros - moins de 26 ans 12 euros

 
Ciné-concert : Nouvelle Vague
Mardi 20 mars à 20h30
>>> en savoir +




 
Le cinéma français de la Nouvelle Vague possède une très forte relation avec le jazz : Miles/Malle, Les Jazz Messengers/Vadim, Solal/Godard, Legrand/Demy. Mais d’autres musiques écrites par les compositeurs français George Delerue, Jean Constantin ou Antoine Duhamel n’ont pas connu le même succès et ont été très peu interprétées par les musiciens de jazz. De ce constat est né le désir de Stéphane Kerecki de revisiter les musiques de ces films en y apportant un regard contemporain. Dans le projet « Nouvelle Vague », son quartet revisite les musiques des films de Godard, Truffaut, Louis Malle, Jacques Demy : la musique de Miles Davis pour Ascenseur pour l’échafaud, celle de Martial Solal pour À bout de souffle, et les nombreux thèmes composés par Michel Legrand, Georges Delerue, Antoine Duhamel ou Philippe Sarde, qui ont marqué des générations de cinéphiles. Les images projetées pendant le concert seront réalisées par Adrian Smith, ou extraites des films revisités.

Avec le Stéphane Kerecki Quartet; Stéphane Kerecki, contrebasse; Jean-Charles Richard, saxophone; Fabrice Moreau, batterie; Guillaume de Chassy, piano.

Tarif normal 12 euros - moins de 26 ans 10 euros.

 
Canaletto et l'art de Venise
Samedi 10, 17 et 24 mars
>>> en savoir +


 
Canaletto et l’art de Venise, un voyage en immersion dans la vie et l’art du célèbre peintre de Venise. Aucun artiste n’a su mieux capturer l’essence et le charme de cette ville que Giovanni Antonio Canal, plus connu sous le nom de Canaletto.

La remarquable collection regroupant plus de 200 tableaux, dessins et eaux-fortes nous permet de partir à la découverte du talent artistique de Canaletto, de ses contemporains et de la ville qu’il a su reproduire avec génie. Le film ouvre également les portes de deux résidences royales officielles, Buckingham Palace et le château de Windsor, pour nous en apprendre plus sur l’artiste et sur Joseph Smith, l’homme qui a fait découvrir Canaletto à la Grande-Bretagne.

Les spectateurs de cinéma embarqueront pour un Grand Tour du XXIe siècle, avec la visite des lieux populaires chez leurs homologues du XVIIIe siècle et immortalisés dans les paysages de Canaletto, du pont du Rialto à la place Saint-Marc, en passant par le Palazzo Ducale et la basilique des saints Jean et Paul. Avec des curateurs de la Royal Trust Collection et les plus grands experts en histoire vénitienne pour guides, le film vous fera découvrir l’exposition dans les meilleures conditions et vous donnera la chance d’aller au plus près de Canaletto et de la ville qui l’inspirait.

Tarif unique 10 euros (cartes illimitées non acceptées)



en savoir plus
 
 
Ciné-club Yiddish pour tous : Un monde presque paisible
Dimanche 25 mars
>>> en savoir +


 
Le prochain rendez-vous yiddish aura lieu le dimanche 25 mars.

10h45 : accueil sucré
11h15 : concert du groupe Gefilte Swing
12 : projection du film de Michel Deville, Un monde presque paisible, d'après l'ouvrage de Robert Bober, avec Simon Abkarian, Lubna Azabal,Zabou (2002).
En août 1946, à Paris, dans le quartier des tailleurs juifs, un atelier de confection pour dames décide de reprendre ses activités sans prévoir les éventuels problèmes que cela peut poser. Fragilisés à l'extrême mais déterminés à être là, résistants, quatre femmes, cinq hommes et quelques enfants font le pari de la vie avec de la fantaisie, de la légèreté.
 
Pelleas et Mélisande, de Claude Debussy
Mardi 27 mars à 19h30
>>> en savoir +




 
Pelléas et Mélisande, de Debussy
Direction musicale Maxime Pascal
Orchestre et chœur du Malmö Opera
Mise en scène Benjamin Lazar
Avec Marc Mauillon, Jenny Daviet, Laurent Alvaro
Malmö Opéra, 2016

 
National Theatre : Hamlet
Lundi 26 et jeudi 29 mars à 19h30
>>> en savoir +


 
La pièce de Shakespeare qui a triomphé à Londres en 2015 !
Mise en scène Lindsey Turner

Hamlet : Benedict Cumberbatch
Gertrude : Anastasia Hille
Claudius : Ciaran Hinds
Ophelia : Siân Brooke


en savoir plus
 
 
Tout à la musique : en présence de Lucas Debargue
Mardi 3 avril à 20h30
>>> en savoir +
 
Lucas Debargue - Tout à la musique
Un documentaire de Martin Mirabel

Séance exceptionnelle, en présence de Lucas Debargue et Martin Mirabel

Durant une année entière, le film s'attache à suivre le pianiste Lucas Debargue à travers ses rencontres, ses découvertes et sa quête de la musique. Jeune et en début de carrière, révélé par le XVième Concours International Tchaïkovski, encensé par le public et la critique, Lucas se confronte aux concerts qui s'enchaînent. Il découvre le rapport au chef d'orchestre, aux partenaires chambristes, les enregistrements studio, les après-concerts, le succès et les autographes. Il a désormais trouvé sa nouvelle vie, une vie toute entière consacrée à la musique.

Tarif unique 10 euros (cartes illimitées non acceptées)
 
Jazz&Images2018 : Portrait d'Henri Texier
Vendredi 6 avril à 21h
>>> en savoir +


 
Cette dernière séance de la saison sera consacrée à un musicien phare de la scène européenne, le contrebassiste Henri Texier. Cette soirée, comme celles consacrées à François Jeanneau et Daniel Humair les deux saisons précédentes, sera l’occasion d’embrasser la carrière du contrebassiste grâce au portrait filmé par Jean-Pierre Zirn, et au concert de son tout nouveau quintet.

Le film : Portrait d’Henri Texier
Un film de Jean-Pierre Zirn (2017, 51’)
Figure symbole d’une génération décomplexée et avide d’expérimentation. Cinquante ans de jazz, une vie entière vouée à la musique et à son instrument, la contrebasse. Inspiré par Don Chery ou Ornette Coleman, Henri Texier est l’une des toutes premières expressions du free jazz.

Sur Scène : Henri Texier Quintet
Henri Texier, contrebasse
Sébastien Texier, saxophone et clarinettes
Vincent Lê Quang, saxophones
Manu Codjia, guitare
Gautier Garrigue, batterie

Tarif normal 20 euros - moins de 26 ans 12 euros

 
Carmen, de Bizet
Mardi 10 avril à 19h30
>>> en savoir +






 
Carmen, de Bizet
Direction musicale Franz Welser-Möst
Chœur et orchestre de l’Opernhaus de Zurich
Mise en scène Matthias Hartmann
Avec Jonas Kaufmann, Vesselina Kasarova, Michele Pertusi, Isabel Rey
Opernhaus Zürich, 2008

 
Le Bel Antonio, en présence de Claudia Cardinale
Mardi 24 avril à 20h
>>> en savoir +


 
La clôture du festival "Play it Again !" (les films d'hier dans les salles d'aujourd'hui) aura lieu au Balzac le mardi 24 avril à 20h.

Projection du film de Mauro Bolognini (1961) avec Marcello Mastroianni et Claudia Cardinale, en version restaurée et en présence de Claudia Cardinale.

Après avoir longtemps vécu à Rome, le séduisant Antonio Magnano revient dans sa ville natale, à Catalane. Là, sa beauté lui vaut une réputation de véritable Don Juan. Ses parents ont décidé de le marier à Barbara Puglisi, la fille d'un riche notaire. Antonio tombe aussitôt éperdûment amoureux d'elle qui est belle, douce, pure et amoureuse. Le jour de leur mariage, nombre de femmes sont inconsolables. Les jeunes époux se rendent à la campagne où ils sont heureux. Mais un an après, les parents de Barbara demandent l'annulation du mariage, car il n'est pas consommé...

Tarif normal
 
Rigoletto, de Verdi
Jeudi 3 mai à 20h
>>> en savoir +






 
Rigoletto, de Verdi
Direction musicale Riccardo Frizza
Orchestre symphonique et chœur du Liceu
Mise en scène Monique Wagemakers
Avec Javier Camarena, Carlos Álvarez, Desirée Rancatore, Ante Jerkunica, Ketevan Kemoklidze
Gran Teatre del Liceu, Barcelone, 2017

 
Exposition sur grand écran : Cézanne portraits d'une vie
14, 18, 26 avril, 5 mai à 11h
>>> en savoir +


 
Un film du réalisateur Phil Grabsky, plusieurs fois récompensé

Un nouveau film-clé qui retrace la vie de l’un des plus grands artistes au monde
Basé en grande partie sur son importante correspondance et sur des entretiens avec des curateurs, des experts, et l’arrière-petit-fils de l’artiste lui-même
Tourné à Londres, Paris, Washington D.C. et en Provence

Décrit par Picasso et Matisse comme “notre père à tous”, Cézanne est considéré comme l’un des plus grands artistes de tous les temps. Malgré cela, il reste étrangement un homme peu connu et incompris. Enfin, jusqu’à présent. Ce nouveau documentaire d’envergure, Cézanne – Portraits d’une vie, lève le voile sur l’homme qu’il était réellement. Produit par EXPOSITIONS SUR GRAND ÉCRAN, une série de films dédiés à porter les plus grandes œuvres et artistes sur les écrans de cinéma à travers le monde, Cézanne – Portraits d’une vie est basé sur l’exposition des portraits de l’artiste à la National Portrait Gallery de Londres, au musée d'Orsay à Paris, et à la National Gallery of Art de Washington D.C. Au cours de sa vie, Cézanne a peint plus de 1 000 tableaux, parmi lesquels 200 portraits. L’exposition, saluée par la critique comme “unique en son genre”, rassemble pour la première fois depuis la mort du peintre cinquante de ces portraits issus de collections publiques et privées partout dans le monde. Ces tableaux sont l’épine dorsale de ce nouveau film pour le cinéma. En plus d’offrir une immersion sans précédent au cœur de l’exposition, ce documentaire est parti à la rencontre de curateurs, d’experts, et de l’arrière-petit-fils de l’artiste, Philippe Cézanne. Le film, tourné en 4k, nous emmène également dans la maison et l’atelier de Cézanne en Provence et grâce aux lettres du peintre, il offre un nouvel éclairage sur la vie et l’œuvre de cet artiste d’influence.
 
Hamlet au National Theatre
Lundi 14 mai à 19h30
>>> en savoir +


 
La pièce de Shakespeare qui a triomphé à Londres en 2015 !
Mise en scène Lindsey Turner

Hamlet : Benedict Cumberbatch
Gertrude : Anastasia Hille
Claudius : Ciaran Hinds
Ophelia : Siân Brooke

Après deux salles complètes en mars, dernière irrévocable le 14 mai !


 
Les Epices de la passion : hommage à Leo Brouwer
Mardi 15 mai à 20h30
>>> en savoir +






 
Concert-hommage à Leo Brouwer avec l'Ensemble Almaviva
Projection du film Les Epices de la passion.
Tarif unique 10 euros (cartes illimitées non acceptées)

Considéré comme un des meilleurs films de l’histoire du cinéma mexicain, ​Les Épices de la Passion ​est le résultat de l’heureuse rencontre de plusieurs facteurs : un superbe scénario tiré du roman “Como agua para chocolate” de ​Laura Esquivel​, la réalisation inspirée d’​Alfonso Arau​, d'excellents comédiens et la musique magnifique du compositeur cubain ​Leo Brouwer​.

Au début du xx​e pendant la révolution mexicaine, Tita, une jeune femme tombe amoureuse de Pedro. Mais la tradition l’empêche d’épouser le jeune homme tant que sa mère est vivante. Elle exprime donc ses sentiments à travers la cuisine, et ses plats épicés sont pour elle le moyen de raconter son amour, son désir et sa tristesse.

Leo Brouwer a écrit pour ce film une musique inspirée du folklore latino-américain, truffée de références classiques, dont une citation du mouvement lent de la Troisième Sonate de Chopin. Cette citation est extraite d’une des oeuvres majeures de Brouwer, ses “Tableaux d’une autre exposition” pour Trio (violon, violoncelle et piano). Dans cette série de pièces, le compositeur met en musique des peintures célèbres comme Le jardin des délices (J. Bosch), La jungle (W. Lam), Pop Construction (R. Rauschenberg), ou encore le Portrait de Chopin (E. Delacroix). C’est cette relecture du romantisme chopinien que Brouwer a choisi d’utiliser comme accompagnement musical des moments les plus intimes du film, ceux dans lesquels Tita se retrouve dans sa cuisine pour préparer des plats qui parlent de ses émotions.

L’Ensemble ALMAVIVA, formation de musique de chambre spécialisée dans le répertoire classique et contemporain de l’Amérique Latine, propose de découvrir cette partition méconnue avant la projection du film.


Programme Leo BROUWER : TABLEAUX D’UNE AUTRE EXPOSITION
1. Le jardin des délices : Hieronymus Bosch
2. Portrait de Chopin : Eugène Delacroix
3. Les malheurs de la guerre : Francisco Goya
4. La Jungle : Wilfredo Lam
5. Nu couché : Amadeo Modigliani
6. Pop Construction : Robert Rauschenberg
Durée: ​31 minutes

Oscar Bohórquez​, violon / ​Camilo Peralta​, violoncelle / ​Ezequiel Spucches​, piano

L’Ensemble ALMAVIVA F​ondé en 2003 par le pianiste Ezequiel Spucches, le guitariste Pablo Márquez et la flûtiste Mónica Taragano, ALMAVIVA est un ensemble instrumental spécialisé dans le répertoire classique et contemporain de l’Amérique Latine. Unique dans le paysage musical européen, il est constitué de musiciens curieux et passionnés issus pour la plupart de la culture latino-américaine.

En partenariat avec Viva Mexico, Rencontres Cinématographiques.